Depuis plusieurs décennies, on assiste à une diminution progressive du nombre d’entreprises actives dans la transformation des bois dans notre région, un phénomène qui n’épargne ni nos voisins français, ni nos voisins allemands. Impactant tant les scieries mixtes que les scieries de feuillus et de résineux, ce phénomène a entraîné la disparition de plus de la moitié des entreprises au cours des 20 dernières années.

Dans un premier temps, tandis que de nombreuses scieries peinaient à maintenir leurs activités et que d’autres fermaient leurs portes, le secteur du sciage de résineux a assisté à l’émergence d’une minorité de grandes unités de transformation, triplant alors ses besoins en bois brut. Néanmoins, depuis 2010, le secteur est en proie à un net recul de sa production.

À l’opposé, la fermeture des scieries de feuillus et mixtes ne s’est pas traduite par une concentration des entreprises et des volumes transformés, mais bien par une diminution de la capacité globale de production. Bien qu’omniprésent dans le secteur, la disparition de ces scieries s’est sensiblement atténuée au cours des dernières années. Mais elle n’est reste pas moins inquiétante.

Ce bilan du secteur du sciage en Wallonie a pour objectif d’actualiser les chiffres et données propres aux unités de transformation du territoire et permettre ainsi d’alimenter et d’orienter les actions à entreprendre pour soutenir ses entreprises et sa compétitivité.