Ces derniers mois, la Confédération Belge du Bois et Hout Info Bois ont mené une vaste enquête dans le secteur du sciage. L’objectif ? Dresser un aperçu de l’activité du secteur et dégager les tendances à court et plus long termes. Le tout pour aider les décideurs politiques à prendre des mesures éclairées et bénéfiques pour l’industrie du bois. 

 

Qui avons-nous interviewé dans le secteur du sciage ? 

Environ la moitié des 95 scieries de Belgique (32 en Flandre et 63 en Wallonie). Avec une bonne répartition quant aux types de scieries (feuillues, résineuses, mixtes…) tout en incluant les plus grandes unités de production. Le résultat final est donc représentatif.  

 

Comment évolue le nombre de scieries en Belgique ? 

Sans surprise, le nombre de scieries en Belgique continue de diminuer, tant en Flandre qu’en Wallonie. Ainsi, la consommation totale de bois rond dans le secteur poursuit, elle aussi, son recul. Elle est passée de 3,7 millions de m³ en 2010 (3,3 millions de m³ de résineux et 370.000 m³ de feuillus) à environ 2,9 millions de m³ en 2021 (2,7 millions de m³ de résineux et 217.000 m³ de feuillus).  

En termes de production, la disparition des petites scieries n’est donc pas compensée par un accroissement des unités de tailles plus importantes.  

Evolution du nombre de scieries en Belgique depuis 1990

Evolution du nombre de scieries en Belgique depuis 1990

 

Comment se comportent les scieries feuillues belges ? 

On scie environ 217.000 m³ de feuillus par an en Belgique, dont deux tiers en Flandre. En termes de volume, le peuplier reste l’essence la plus sciée (aussi principalement en Flandre), suivie par le chêne. Le peuplier est essentiellement vendu comme bois d’emballage (palettes, caisses…). Le chêne, quant à lui, est surtout écoulé via les menuisiers et les négoces de bois (belges).  

Consommation de bois rond par essence dans les scieries feuillues belges en 2020 (total : 217.000 m³/an) 

Consommation de bois rond par essence dans les scieries feuillues belges en 2020 (total : 217.000 m³/an)

 

Où s’approvisionnent les scieries feuillues belges ? 

La grande majorité du bois rond feuillu utilisé dans le secteur du sciage provient toujours de Belgique. Toutefois, les scieries se tournent de plus en plus vers l’étranger pour s’approvisionner. En 10 ans, la part des approvisionnements étrangers est passée de 11% à 41% !  

Provenance du bois rond feuillu en 2020

Provenance du bois rond feuillu utilisé en sciage en 2020

 

Comment se comportent les scieries résineuses belges ? 

En Belgique, la consommation annuelle de bois rond résineux se chiffre à 2,7 millions de m³. De ce volume total, 93% est scié en Wallonie. Tout comme par le passé, la principale essence traitée est l’épicéa (d’autant plus en période de crise du scolyte). Néanmoins, la part du douglas progresse de manière systématique. S’agissant des marchés, environ deux tiers des produits résineux de sciage sont vendus aux entreprises de construction ou de la deuxième transformation du bois (palettes, emballage…) et 30% aux négoces de bois.  

Consommation de bois rond résineux par essence en 2020 (total 2,7 millions de m³/an)

Consommation de bois rond résineux par essence en 2020 (total 2,7 millions de m³/an)

 

Où s’approvisionnent les scieries résineuses belges ? 

Ici aussi, nous observons une augmentation des achats de grumes à l’étranger par rapport à 2010. La part des approvisionnements étrangers est passée de 20% en 2010 à 45% en 2020. Il s’agit probablement d’une conséquence de la crise des scolytes, avec d’importants volumes de bois scolytés en provenance d’Allemagne et de France.  

Provenance du bois rond résineux utilisé dans les scieries en Belgique en 2020

Provenance du bois rond résineux utilisé dans les scieries en Belgique en 2020

 

Que retenir de cette enquête sur le secteur du sciage belge ? 

 10 conclusions de la Confédération Belge du Bois sur l’état du sciage

  1. Le secteur reste confronté à de grandes incertitudes. Et ce malgré la bonne période pour les scieries belges durant les derniers mois de 2020 et le premier semestre de 2021. La conjoncture de la période écoulée ne peut faire oublier les véritables problèmes structurels du secteur.  

  2. L’approvisionnement en bois rond reste la préoccupation majeure pour les transformateurs locaux/scieries.  

  3. 92,6 % du volume total de bois rond scié est constitué de résineux, 3,9 % de peuplier et 2,8 % de chêne. Il est donc primordial que les politiques de gestion forestière tiennent compte de la réalité de terrain des scieries et, plus largement, des besoins de la filière bois locale.  

  4. Dans un contexte de changement climatique, il est parfaitement possible de répondre à la demande des transformateurs mais aussi du marché par le biais de techniques modernes de gestion forestière 

  5. Il est indispensable de mettre en place un cadre réglementaire ou un soutien à l’approvisionnement de nos scieries belges. Et ce en collaboration avec toute la filière bois.   

  6. A long terme, deux modifications importantes semblent se profiler. Tout d’abord, une modification de la ressource et ensuite, une modification des habitudes de consommation de l’utilisateur final.  

  7. Le secteur ne pourra s’adapter que si cette évolution s’accompagne de travaux de recherche. D’une part, pour optimiser la transformation et, d’autre part, pour mieux valoriser les différentes essences présentes dans nos forêts, tant chez le transformateur que chez le consommateur, notamment par de l’accompagnement.  

  8. Le bois est une ressource renouvelable et utile dans la lutte contre le changement climatique. Dès lors, les plans climatiques nationaux et européens pourraient contribuer à l’évolution du secteur en aidant les scieries à franchir les différentes étapes de cette évolution.  

  9. Il est impérieux que les décideurs politiques comprennent et prennent en compte la réalité du secteur.  

  10. Enfin, cette enquête nous renforce dans la volontéde continuer à démontrer et à défendre, avec la collaboration du politique, l’importance de l’utilisation du bois et des outils de transformation locaux. Ce n’est qu’ainsi que le secteur pourra apporter une contribution durable aux défis environnementaux, économiques et sociaux de notre époque.  

 

Rapport complet de l’enquête sur le secteur du sciage belge

Cette enquête a été réalisée par Vincent Defays et Andries Saerens. Il s’agit d’un travail d’actualisation des précédentes enquêtes nationales de 1989 et 2010 ainsi que des enquêtes régionales de 1996 et 2017. 

Le rapport complet de l’enquête sur le secteur du sciage en Belgique est téléchargeable en cliquant sur la couverture ci-dessous. 

Etat du secteur du sciage en Belgique en 2020, une enquête de la Confédération Belge du Bois et de Hout Info Bois

 

Envie de plus ?

Suivez la Confédération Belge du Bois sur LinkedIn