Pendant que nos forêts se meurent silencieusement, les professionnels de la forêt désespèrent et sont oubliés. Voici les revendications des acteurs de la filière forêt-bois.

La forêt gérée durablement joue un rôle primordial d’un point de vue environnemental, social et économique. En plus d’être un lieu de richesse importante en biodiversité et de détente et relaxation pour de nombreux utilisateurs, elle permet de produire du bois qui fait vivre de nombreuses personnes (plus de 30.000 emplois dans la filière forêt-bois belge), qui capte le CO2 et stocke le carbone dans le matériau bois, matériau environnemental par excellence par son rôle d’isolant thermique notamment. La forêt et le bois sont des usines naturelles de captation du CO2 qui pourront avoir un rôle crucial dans la limitation des impacts des futurs changements climatiques annoncés.

Malheureusement, nos forêts belges subissent actuellement l’impact de ces changements climatiques avec une catastrophe sans précédent provoquée par les attaques massives de scolytes sur les épicéas depuis l’été 2018, mais aussi des attaques de ravageurs sur d’autres essences forestières, la chalarose du frêne, le dépérissement du chêne et du hêtre, … La perte due aux attaques de scolytes est certainement supérieure à 25 millions d’euros et on nous annonce le double voire le triple en 2019… Cette perte ne tient compte que de la perte de valeur des bois alors que cette crise aura des répercussions énormes au niveau de l’approvisionnement futur et donc l’emploi sectoriel à moyen terme.

Si nous voulons sauver ce qui peut encore l’être, des mesures urgentes doivent être prises. Des mesures devront également être prises à moyen et long terme pour que la forêt puisse jouer son rôle de puit de carbone et que le matériau bois puisse être utilisé afin de construire nos villes et villages durables de demain.

Les revendications de la filière forêt-bois

À court terme :

  • Mettre tous les moyens en œuvre pour récolter les bois scolytés au plus vite :
    • report des délais d’exploitation des lots de bois sains afin de donner la priorité à la récolte des bois scolytés
    • soutien technique, logistique et financier aux propriétaires ou exploitants qui ne pourraient valoriser les bois attaqués
    • augmentation du poids autorisé pour les camions grumiers comme cela se passe sur les routes du bois en France par exemple et comme cela avait été promis lors de la mise en œuvre de la taxe kilométrique en Région wallonne. Cette mesure permettra également de diminuer le nombre de trajets et donc l’impact environnemental des camions grumiers (diminution des émissions de CO2)* et privilégiera une transformation locale des bois. La filière forêt-bois a malheureusement dû faire face à un refus non justifié du Ministre Wallon de
      la Mobilité et des Transports.
  • Mettre en œuvre tous les moyens de lutte contre les ravageurs de nos forêts et plus particulièrement contre les scolytes.
  • Afin de pouvoir tirer des conclusions pour la gestion forestière future, analyser l’importance des attaques de scolytes en fonction des types de peuplements, des stations, des gestions sylvicoles pratiquées, …

 

A moyen et plus long terme :

  • Garantir la pérennité de la forêt par la régénération des peuplements tenant compte notamment de l’équilibre feuillus-résineux imposé par l’article 1er du Code Forestier.
  • Développer la recherche pour garantir une sylviculture résiliente et productive, gage de la pérennité de la forêt.
  • Reconnaissance des calamités forestières et mise en place d’un fonds sectoriel pour pallier aux catastrophes climatiques et sanitaires forestières.

 

Bon à savoir

Un camion à 5 essieux peut transporter :
– 44 Tonnes en Belgique
– 48 Tonnes en France
– 60 Tonnes en Suède

Pour livrer 1000 tonnes sur 220 km :
– Belgique = 42 voyages = empreinte carbone supérieure
– France = 36 voyages = 969 Kg de CO2 en moins = 720 L de diesel économisé
– Suède = 25 voyages = 2714 Kg de CO2 en moins = 2016 L de diesel économisé

Un camion à 6 essieux peut transporter :
– 50 Tonnes en Belgique
– 57 Tonnes en France
– 60 Tonnes en Suède

Pour livrer 1000 tonnes de bois sur 220 km :
– Belgique = 33 voyages = empreinte carbone supérieure
– France = 27 voyages = 1027 Kg de CO2 en moins = 763 L de diesel économisé
– Suède = 25 voyages = 1357 Kg de CO2 en moins = 1008 L de diesel économisé

 

Lire l’article au format Communiqué de presse